logo batiment cfa bourgogne franche-comte

Le portrait de la semaine : Sara, apprentie peintre au Bâtiment CFA de Nièvre

Apprentie peintre en bâtiment

6 février 2020    -    Catégorie : ACCUEIL, Apprentissage, Nièvre (58)

Étiquettes : , , ,

Cette semaine, nous sommes allés à la rencontre de Sara, apprentie peintre au Bâtiment CFA de Nièvre. Elle nous a fait le plaisir d’échanger sur son métier, ses projets et de nous raconter son histoire. Présentation.

 

Inter : Bonjour Sara, tu peux te présenter ? 

 

Sara : Bonjour et merci. Je suis apprentie peintre, j’ai commencé le 1er août dernier et je compte prochainement me diriger vers une CAP plaquiste.  Je suis très contente, tout se passe très bien en cours comme en entreprise, donc c’est top. 

 

Inter : Tu savais tout de suite ce que tu voulais faire en sortant du collège ? 

 

Sara : Pas vraiment, j’ai fait beaucoup de choses avant de me reconvertir dans le bâtiment. J’ai d’abord cherché du travail, mais je n’avais pas de diplôme donc autant dire que c’était assez compliqué. Du coup, j’ai fait un CAP vente, mais c’était trop mou pour moi.  J’ai ensuite entamé une formation en ligne “petite enfance” qui n’a pas du tout aboutie… C’était une formation très mal organisée… Par la suite, j’ai commencé à m’intéresser au bâtiment, donc j’ai débuté en faisant de l’intérim. Je suis plutôt bricoleuse ce qui me permet d’avoir des compétences en menuiserie, en plomberie et en peinture. Après l’intérim, j’avais le sentiment d’avoir trouvée ma voie. J’ai donc entamé des recherches pour effectuer une formation en apprentissage. 

 

Inter: Quel est ton objectif professionnel final ? 

 

Sara : Mon objectif pour le moment, c’est réellement de cumuler un maximum d’expérience. Je suis très curieuse donc c’est important pour moi de toucher à tout. Actuellement, je me dirige vers une formation de plaquiste mais bon, j’ai 21 ans et j’ai encore toute la vie devant moi.

 

Inter : Quand tu as annoncé à tes proches vouloir te reconvertir dans le bâtiment, quels types de réaction as-tu reçu ? 

 

Sara : Globalement, que des bonnes réactions. Mes parents étaient pour à 100%. Par contre, ma grand-mère ne voulait pas du tout me voir là-dedans. Mais bon, depuis qu’elle a sa maison à retaper, elle a complètement changé d’avis (rires). 

 

Inter : As-tu eu le sentiment, au moment de ta reconversion, de manquer d’informations sur la reconversion professionnelle, notamment en CFA ? 

 

Sara : Au début j’étais un peu perdue oui. Mais j’ai très vite été rassurée par l’équipe du CFA de Nièvre qui à partir de mon inscription, a vraiment tout pris en main. Le plus dur au final, c’était surtout de pouvoir trouver une entreprise. 

 

Inter : Comment s’est passé ta recherche d’alternance ? 

 

Sara : J’ai commencé à chercher mon employeur 6 mois avant mon CAP. J’avais déjà eu une validation verbale mais la personne ne m’a plus donné de nouvelles… Heureusement, après mon inscription, j’ai trouvé mon nouvel employeur et on a signé les papiers le lendemain même. On a très vite accroché, il voyait que j’étais motivé. J’aimerais réaliser les 2 années d’apprentissage qu’il me reste dans cette même entreprise. 

 

Inter : Qu’est-ce que ça fait d’être la seule fille en entreprise ? 

 

Sara : Au début c’était compliqué, j’avais un petit coup de pression. Mais depuis, ça se passe très bien. Avec les gars y’a pas de soucis ! J’ai une totale indépendance et l’ambiance est au top. 

 

Inter : Tu peux nous décrire une journée type dans ton entreprise ? 

 

Sara : Bien sûr. En général, on arrive sur le chantier et on commence la journée par organiser son déroulement : est-ce qu’il faut poncer, peindre, protéger, nettoyer… Ensuite, on s’y met dans la joie et la bonne humeur ! On commence la journée vers 7h30 et on finit à 18h avec une pause évidemment entre midi et deux. Il m’arrive aussi de prendre le camion et d’aller sur le chantier seule, mais sinon je suis avec mon maître de stage la plupart du temps. 

 

Inter : Pas trop fatiguant le chantier ? 

 

Sara : Pas du tout ! J’ai besoin de ça. Je n’aime pas trop les métiers où l’effort physique est absent. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à quitter le domaine de la vente, par exemple. 

 

Inter : Qu’est-ce que tu dirais aux filles qui veulent rejoindre le secteur du bâtiment ? 

 

Sara : Il faut prendre confiance en soi  ! Les métiers du bâtiment sont supers, on développe un vrai savoir-faire et on apprend des choses tous les jours ! Donc il ne faut pas baisser les bras et se donner les moyens d’aller au bout de ses rêves. 

 

  • 38 Avenue Charles de Gaulle
    BP n°50159 - 71400 AUTUN Cedex
  • 03 85 86 00 00
  • batimentcfa.bourgognefranchecomte[arobase]ccca-btp[point]fr